D’auditeur bancaire à consultante en conduite du changement par le design thinking: présentation de mon parcours et de ma vision

Photo-officielle-Aurélie

Je quitte son poste d’auditeur interne chez ABN AMRO BANK, en janvier 2010, lorsque je découvre ce qu’est vraiment le design.

J’ai à l’époque un projet de valorisation de l’artisanat du monde par la collaboration avec des designers, dont l’objectif est d’aider les femmes à s’autonomiser financièrement, et je m’intéresse tant au « design objet » qu’au « social business ». C’est donc avec enthousiasme et curiosité que je me rends en janvier 2010 à la conférence de l’APCI (Agence pour la Promotion de la Création Industrielle) sur le design et l’innovation sociale.

Je comprends alors que le design est beaucoup plus que de la mise en forme esthétique, que le design est en réalité une méthodologie très pertinente d’innovation et au-delà de recherche de solutions qui place l’être humain au cœur de sa réflexion, et que le design peut donc s’appliquer à toutes sortes de problématiques.

Enthousiasmée par cette découverte, je fais aussitôt le lien avec mon vécu professionnel et je m’interroge: pourquoi les designers ne s’intéressent-ils pas davantage au monde de l’entreprise puisque celui-ci a tellement besoin de repenser son fonctionnement à partir de ses Hommes ?

Je décide de remettre à plus tard mon projet de valorisation de l’artisanat et de suivre mon intuition qu’il existe là une piste très prometteuse à approfondir. L’Executive MBA que je débute alors m’apporte le cadre idéal pour conceptualiser ma réflexion et en tester la pertinence. Mon mémoire s’intitule naturellement « dans quelles mesures le design pourrait aider les entreprises à améliorer leur organisation et leurs pratiques de management? ».

Je suis ensuite, en tant qu’observatrice, un atelier de l’école de design « l’ENSCI Les Ateliers » afin de confronter ma compréhension du design à la réalité de mon enseignement. Il s’agit pour les étudiants de concevoir des outils de médiation à destination du public du musée du Quai Branly.

Cette immersion dans le monde des designers renforce fortement ma conviction que le design, et les designers, présentent de précieux atouts pour améliorer le fonctionnement de l’entreprise. Mais je prends également conscience d’un handicap majeur : les français, tout comme elle encore récemment, ont une compréhension du design extrêmement limitée : la forme et le style. Dans ce contexte, comment faire entrevoir aux entreprises, de surcroît rapidement, l’intérêt du design pour améliorer leur fonctionnement…?

Je décide alors d’utiliser le terme « design thinking » inventé par Tim Brown aux Etats-Unis afin de conceptualiser la démarche du design. Cette appellation présente en effet le double intérêt d’interpeller et d’expliciter les nombreux atouts du design en termes tant de posture et que de méthodologie.

Je développe ensuite une offre de services d’innovation organisationnelle et de transformation managériale par le « design thinking » et je créée ‘am design thinking afin de mettre mon expertise à disposition des entreprises, en collaborant avec des designers.

Des administration et de grandes entreprises font dorénavant appel à moi pour optimiser leurs projets de transformation, que ce soit au niveau de leur vision, de leur organisation, de leurs pratiques de management ou de leur espace de travail.

 

<script>

(function(i,s,o,g,r,a,m){i[‘GoogleAnalyticsObject’]=r;i[r]=i[r]||function(){

(i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o),

m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m)

})(window,document,’script’,’//www.google-analytics.com/analytics.js’,’ga’);

 

ga(‘create’, ‘UA-66336341-1’, ‘auto’);

ga(‘send’, ‘pageview’);

 

</script>